You are viewing documentation for Kubernetes version: v1.19

Kubernetes v1.19 documentation non maintenue. Vous consultez une version statique. Pour une documentation à jour, veuillez consulter: dernière version.

Configurer l'accès à plusieurs clusters

Cette page montre comment configurer l'accès à plusieurs clusters à l'aide de fichiers de configuration. Une fois vos clusters, utilisateurs et contextes définis dans un ou plusieurs fichiers de configuration, vous pouvez basculer rapidement entre les clusters en utilisant la commande kubectl config use-context.

Note: Un fichier utilisé pour configurer l'accès à un cluster est parfois appelé fichier kubeconfig. C'est une manière générique de se référer aux fichiers de configuration. Cela ne signifie pas qu'il existe un fichier nommé kubeconfig.

Pré-requis

Vous devez disposer d'un cluster Kubernetes et l'outil de ligne de commande kubectl doit être configuré pour communiquer avec votre cluster. Si vous ne possédez pas déjà de cluster, vous pouvez en créer un en utilisant Minikube, ou vous pouvez utiliser l'un de ces environnements Kubernetes:

Pour vérifier que kubectl est installé, executez kubectl version --client. La version kubectl doit être dans une version mineure de votre serveur API du cluster.

Définir des clusters, des utilisateurs et des contextes

Supposons que vous ayez deux clusters, un pour le développement et un pour le travail scratch. Dans le cluster development, vos développeurs frontend travaillent dans un espace de noms appelé frontend, et vos développeurs de stockage travaillent dans un espace de noms appelé storage. Dans votre cluster scratch, les développeurs travaillent dans le namespace par défaut ou créent des namespaces auxiliaires comme bon leur semble. L'accès au cluster development nécessite une authentification par certificat. L'accès au cluster scratch nécessite une authentification par nom d'utilisateur et mot de passe.

Créez un répertoire nommé config-exercice. Dans votre répertoire config-exercice, créez un fichier nommé config-demo avec ce contenu:

apiVersion: v1
kind: Config
preferences: {}

clusters:
- cluster:
  name: development
- cluster:
  name: scratch

users:
- name: developer
- name: experimenter

contexts:
- context:
  name: dev-frontend
- context:
  name: dev-storage
- context:
  name: exp-scratch

Un fichier de configuration décrit les clusters, les utilisateurs et les contextes. Votre fichier config-demo a le cadre pour décrire deux clusters, deux utilisateurs et trois contextes.

Allez dans votre répertoire config-exercice. Entrez ces commandes pour ajouter les détails du cluster à votre fichier de configuration:

kubectl config --kubeconfig=config-demo set-cluster development --server=https://1.2.3.4 --certificate-authority=fake-ca-file
kubectl config --kubeconfig=config-demo set-cluster scratch --server=https://5.6.7.8 --insecure-skip-tls-verify

Ajoutez les détails de l'utilisateur à votre fichier de configuration:

kubectl config --kubeconfig=config-demo set-credentials developer --client-certificate=fake-cert-file --client-key=fake-key-seefile
kubectl config --kubeconfig=config-demo set-credentials experimenter --username=exp --password=some-password
Note:
  • Pour supprimer un utilisateur, vous pouvez exécuter kubectl --kubeconfig=config-demo config unset users.<name>
  • Pour supprimer un cluster, vous pouvez exécuter kubectl --kubeconfig=config-demo config unset clusters.<name>
  • Pour supprimer un contexte, vous pouvez exécuter kubectl --kubeconfig=config-demo config unset contexts.<name>

Ajoutez des détails de contexte à votre fichier de configuration:

kubectl config --kubeconfig=config-demo set-context dev-frontend --cluster=development --namespace=frontend --user=developer
kubectl config --kubeconfig=config-demo set-context dev-storage --cluster=development --namespace=storage --user=developer
kubectl config --kubeconfig=config-demo set-context exp-scratch --cluster=scratch --namespace=default --user=experimenter

Ouvrez votre fichier config-demo pour voir les détails ajoutés. Au lieu d'ouvrir le fichier config-demo, vous pouvez utiliser la commande kubectl config view.

kubectl config --kubeconfig=config-demo view

La sortie montre les deux clusters, deux utilisateurs et trois contextes:

apiVersion: v1
clusters:
- cluster:
    certificate-authority: fake-ca-file
    server: https://1.2.3.4
  name: development
- cluster:
    insecure-skip-tls-verify: true
    server: https://5.6.7.8
  name: scratch
contexts:
- context:
    cluster: development
    namespace: frontend
    user: developer
  name: dev-frontend
- context:
    cluster: development
    namespace: storage
    user: developer
  name: dev-storage
- context:
    cluster: scratch
    namespace: default
    user: experimenter
  name: exp-scratch
current-context: ""
kind: Config
preferences: {}
users:
- name: developer
  user:
    client-certificate: fake-cert-file
    client-key: fake-key-file
- name: experimenter
  user:
    password: some-password
    username: exp

Le fake-ca-file, fake-cert-file et fake-key-file ci-dessus sont les espaces réservés pour les noms de chemin des fichiers de certificat. Vous devez les remplacer par les noms de chemin réels des fichiers de certificat dans votre environnement.

Parfois, vous souhaiterez peut-être utiliser des données encodées en Base64 incorporées ici au lieu de fichiers de certificat séparés; dans ce cas, vous devez ajouter le suffixe -data aux clés, par exemple, certificate-Authority-data, client-certificate-data, client-key-data.

Chaque contexte est un triplet (cluster, utilisateur, namespace). Par exemple, le contexte dev-frontend dit, "Utilisez les informations d'identification de l'utilisateur developer pour accéder au namespace frontend du cluster development".

Définissez le contexte actuel:

kubectl config --kubeconfig=config-demo use-context dev-frontend

Maintenant, chaque fois que vous entrez une commande kubectl, l'action s'appliquera au cluster et au namespace répertorié dans le contexte dev-frontend. Et la commande utilisera les informations d'identification de l'utilisateur répertoriées dans le contexte dev-frontend.

Pour voir uniquement les informations de configuration associées au contexte actuel, utilisez l'indicateur --minify.

kubectl config --kubeconfig=config-demo view --minify

La sortie affiche les informations de configuration associées au contexte dev-frontend:

apiVersion: v1
clusters:
- cluster:
    certificate-authority: fake-ca-file
    server: https://1.2.3.4
  name: development
contexts:
- context:
    cluster: development
    namespace: frontend
    user: developer
  name: dev-frontend
current-context: dev-frontend
kind: Config
preferences: {}
users:
- name: developer
  user:
    client-certificate: fake-cert-file
    client-key: fake-key-file

Supposons maintenant que vous souhaitiez travailler pendant un certain temps dans le cluster scratch.

Changez le contexte actuel en exp-scratch:

kubectl config --kubeconfig=config-demo use-context exp-scratch

Maintenant, toute commande kubectl que vous donnez s'appliquera au namespace par défaut du cluster scratch. Et la commande utilisera les informations d'identification de l'utilisateur répertoriées dans le contexte exp-scratch.

Afficher la configuration associée au nouveau contexte actuel, exp-scratch.

kubectl config --kubeconfig=config-demo view --minify

Enfin, supposons que vous vouliez travailler pendant un certain temps dans le namespace storage du cluster development.

Changez le contexte actuel en dev-storage:

kubectl config --kubeconfig=config-demo use-context dev-storage

Afficher la configuration associée au nouveau contexte actuel, dev-storage.

kubectl config --kubeconfig=config-demo view --minify

Créer un deuxième fichier de configuration

Dans votre répertoire config-exercice, créez un fichier nommé config-demo-2 avec ce contenu:

apiVersion: v1
kind: Config
preferences: {}

contexts:
- context:
    cluster: development
    namespace: ramp
    user: developer
  name: dev-ramp-up

Le fichier de configuration précédent définit un nouveau contexte nommé dev-ramp-up.

Définissez la variable d'environnement KUBECONFIG

Vérifiez si vous avez une variable d'environnement nommée KUBECONFIG. Si tel est le cas, enregistrez la valeur actuelle de votre variable d'environnement KUBECONFIG, afin de pouvoir la restaurer ultérieurement. Par exemple:

Linux

export KUBECONFIG_SAVED=$KUBECONFIG

Windows PowerShell

$Env:KUBECONFIG_SAVED=$ENV:KUBECONFIG

La variable d'environnement KUBECONFIG est une liste de chemins vers les fichiers de configuration. La liste est délimitée par deux-points pour Linux et Mac et par des points-virgules pour Windows. Si vous avez une variable d'environnement KUBECONFIG, familiarisez-vous avec les fichiers de configuration de la liste.

Ajoutez temporairement deux chemins à votre variable d'environnement KUBECONFIG. Par exemple:

Linux

export KUBECONFIG=$KUBECONFIG:config-demo:config-demo-2

Windows PowerShell

$Env:KUBECONFIG=("config-demo;config-demo-2")

Dans votre répertoire config-exercice, entrez cette commande:

kubectl config view

La sortie affiche les informations fusionnées de tous les fichiers répertoriés dans votre variable d'environnement KUBECONFIG. En particulier, notez que les informations fusionnées ont le contexte dev-ramp-up du fichier config-demo-2 et les trois contextes du fichier config-demo:

contexts:
- context:
    cluster: development
    namespace: frontend
    user: developer
  name: dev-frontend
- context:
    cluster: development
    namespace: ramp
    user: developer
  name: dev-ramp-up
- context:
    cluster: development
    namespace: storage
    user: developer
  name: dev-storage
- context:
    cluster: scratch
    namespace: default
    user: experimenter
  name: exp-scratch

Pour plus d'informations sur la manière dont les fichiers kubeconfig sont fusionnés, consultez Organisation de l'accès au cluster à l'aide des fichiers kubeconfig

Explorez le répertoire $HOME/.kube

Si vous avez déjà un cluster, et vous pouvez utiliser kubectl pour interagir avec le cluster, alors vous avez probablement un fichier nommé config dans le repertoire $HOME/.kube.

Allez dans $ HOME/.kube, et voyez quels fichiers sont là. En règle générale, il existe un fichier nommé config. Il peut également y avoir d'autres fichiers de configuration dans ce répertoire. Familiarisez-vous brièvement avec le contenu de ces fichiers.

Ajoutez $HOME/.kube/config à votre variable d'environnement KUBECONFIG

Si vous avez un fichier $ HOME/.kube/config, et qu'il n'est pas déjà répertorié dans votre variable d'environnement KUBECONFIG, ajoutez-le maintenant à votre variable d'environnement KUBECONFIG. Par exemple:

Linux

export KUBECONFIG=$KUBECONFIG:$HOME/.kube/config

Windows Powershell

$Env:KUBECONFIG="$Env:KUBECONFIG;$HOME\.kube\config"

Affichez les informations de configuration fusionnées à partir de tous les fichiers qui sont maintenant répertoriés dans votre variable d'environnement KUBECONFIG. Dans votre répertoire config-exercice, entrez:

kubectl config view

Nettoyage

Remettez votre variable d'environnement KUBECONFIG à sa valeur d'origine.

Par exemple:

Linux

export KUBECONFIG=$KUBECONFIG_SAVED

Windows PowerShell

$Env:KUBECONFIG=$ENV:KUBECONFIG_SAVED

A suivre

Dernière modification October 18, 2020 at 6:19 PM PST: translate configure-access-multiple-clusters to French (877c115ba)